REPORTAGE A CUBA par Jérôme Bloch

L'ÎLE DES REVES BRISES

Depuis 1959, Cuba semble figé dans une torpeur pseudo-révolutionnaire. La visite de Barack Obama en 2016 donne à de nombreux observateurs l'impression que Cuba a amorcé sa révolution touristique et que les américains vont envahir l'île et la transformer. Un voyage sur place permet de se rendre compte que malgré la gravité de la situation pour les habitants, rien n'est moins sûr.​

1. L'arrivée à La Havanne

Vue du Malecón, le bord de mer de La Havanne

Impossible de ne pas succomber au charme de la Havanne dès l'arrivée sur place.

Oubliez les cigares, les vieilles cadillacs, la salsa, Ernest Hemmigway, le climat des caraïbes ou les mojitos! La richesse de Cuba réside avant tout dans ses habitants dont le niveau d'éducation, la conscience politique et l'hospitalité n'ont pas d'équivalent malgré des conditions de vies souvent qualifiées d'insupportables. Un employé gagne en moyenne 25€ par mois, un docteur 60€. En conséquence, devenir taxi, louer une chambre et vendre des cigares ou des services aux touristes constitue le socle d'une économie parallèle de pacotille. Les Cubains veulent renouer avec le rêve de la révolution de 1959 et profiter de leur formidable localisation pour assurer la croissance du pays.

En voir plus

S'IMPREGNER DE LA VILLE

Lire le journal "Granma" fait partie des premières choses à faire pour comprendre la Havanne et lire entre les lignes. Disponible en plusieurs langues, achetez l'édition papier sur place ou lisez la version électronique avant de vous rendre sur l'île car trouver une connexion internet s'avère non seulement difficile, mais cela implique d'acheter une carte associée à votre identité pour permettre au gouvernement de suivre votre navigation sur le web.​​

Granma

Granma tire son nom du bateau sur lequel Fidel Castro a débarqué sur l'île avec Che Guevara et ses companeros en 1956.
La cover story de l'édition du 5 avril 2017 fournit une bonne illustration de la ligne éditoriale: "Jeune pour toujours". Pour mémoire, Raoul Castro a 85 ans. La lecture de ce journal illustre à quel point une dictature peut s'isoler dans un monde parallèle où la révolution de 59 a encore du sens pendant que son peuple manque de tout. Le système tient essentiellement grâce à un régime ultra-autoritaire. L'auteur de ces lignes a été abordé dans une rue de la Havanne par un inconnu qui semblait bien renseigné sur ses allées et venues! En 2003, 75 militants ont cherché à faire progresser la liberté d'expression: la plupart sont encore en prison aujourd'hui. 

2. Vivre à la Havanne

Ville de contraste par excellence, la Havanne se découvre idéalement au lever du soleil, bien avant que la lumière aveuglante des caraïbes n'éclaire les voitures américaines étincellantes reconverties en "promène touriste". Marchez ou joggez aux alentours du Capitole pour saisir l'incroyable proximité entre l'image des cartes postales et les ruines; entre les terrasses étincellantes et les poubelles à ciel ouvert que se disputent les rats et les démunis; entre le nouveau centre commercial de luxe et les bâtiments qui menacent de s'effondrer. 

Laissez-vous séduire par la beauté d'une ville qui se fissure de partout et par la résistance d'un peuple qui ne renonce par à espérer. Et finissez sur le malecón, ce front de mer où vous pourrez contempler tout à la fois les pêcheurs, l'Océan vide - c'est le chemin de Miami - et l'Hôtel National. La journée peut commencer et il y a beaucoup à faire à La Havanne.

5 activités à la Havanne

 

1- Louez un vélo

Il s'agit de la manière la plus efficace pour découvrir la ville en un jour, de la vieille ville jusqu'à la Place de la Révolution en passant par le Malecón, le cimetière Colón... Un incontournable.

 

 

 

2- Grand Théâtre de la Havanne

Des représentation qui n'ont rien à envie aux plus grandes métropoles, dans un bâtiment à couper le souffle.

www.balletcuba.cult.cu

 

 

 

3. Rafael Trejo Boxing Gym

Assistez à un entraînement des futurs champions internationaux dans ce lieu mythique en plein air.

 

4. Hôtel Nacional

Si les murs pouvaient parler, ils témoigneraient de l'ambiance folle des années 50, époque à laquelle l'hôtel a appartenu à la mafia et attirait les stars américaines.

 

5 - Callejón de Hamel

Visitez ce temple de la culture Afro-Cubaine le dimanche. Ambiance garantie!

 

 

TOP 3: Sortir
1. 1830: chic et cool à la fois

2. Fábrica de Arte Cubano (jeudi au dimanche)

3. Terrasse de l'Inglaterra lors d'une soirée salsa

 

TOP 3: Manger ou boire un verre

- Cafe sia Kara (derrière le Capitol)

- El Chanchullero (Plaza del Cristo) Demandez la terrasse. Si c'est complet, opter pour "El Dandy", 50m à gauche.

-  La terraza: idéal pour une langouste après avoir flâné sur le Prado.

 du site